Quebec Folk Songs: A Quick History

LISTEN!

Listen while you read… Click above on the red bar’s arrow. 
Ah, les chansons qui racontent une histoire…  

                                          (tell)

le monde de la musique anglophone

                                        

en a produit des inoubliables – on peut penser à The Spanish Train  ou à

                                   (unforgettable)             

Hotel California – veuillez me pardonner ces références de Gen-X.  Cependant,

                                  (please do)                                                                                                 (However)

les Français ont aussi leur lot de chansionniers-conteurs. Des chanteurs tels

                                                  (their)        (singers-storytellers)                                            (such as)

Thomas Fersen (La chauve-souris) et Sanseverino (Les embouteillages),

 

par exemple, en ont fait leur marque de commerce, et plusieurs de leurs chansons

                                (have made it)                 (trademark)                    (many)

dépeignent un personnage ou relatent une aventure, une situation.

(paint)                                                (recount)

 

Au Québec, le raconteur par excellence, c’était d’abord le chansonnier-poète

 

Félix Leclerc, qui a connu son heure de gloire dans les années 1950 et 1960.

                                (known)       (heyday)

Il a depuis été élevé au rang de figure nationale.

      (since)

 

Quebec singer-song writer and poet Félix Leclerc with his guitar in 1957.

L’auteur chanteur-compositeur québécois Félix Leclerc et sa guitare en 1957.

Je me souviens d’avoir pleuré, enfant, en entendant la chanson  Le p’tit bonheur :

(I remember) (to have cried) (as a child)

 un homme raconte comme il a rencontré l’Amour au bord d’un chemin, mais cet

                                                     (how)         (met)                      (on the side of)

 amour, un jour, l’a quitté. Une histoire qui semble banale et pourtant le poète trouve

                                 (left him)                                                 (commonplace) (yet)

une façon si touchante de la raconter qu’elle tire les larmes des yeux.

     (way)  (touching)                                         (that)              (pulls tears from)

 

Dans les années 1970, le groupe  Beau Dommage  est devenu l’équivalent québécois

(During)                                                                                            (became)

 des Beatles tant il était et reste populaire.

                (inasmuch)

beau dommage
Les récits de Beau Dommage présentent des personnages attachants, comme dans 

   (narratives)                                                                                                               (loveable) (like in)

 La complainte du phoque en Alaska où un phoque pleure le départ de son amie; 

                                                                                  (in which) (seal) (laments over)

dans Ginette  où un jeune homme coincé découvre l’amour auprès d’une effeuilleuse

                                                                           (uptight)                             (with)       (stripper)   

 délurée; ou dans 23 décembre, un témoignage des Noëls québécois typiques 

 (bold)                                                        (testimony)

 de ces années-là.

 

Puis, est venu le groupe Les Colocs, aujourd’hui malheureusement défunt suite à

  (Then,) (came)                                                                                                                  (following)  

la mort subite du chanteur, André Fortin, en 2000.

   (sudden death)    

Le groupe Les Colocs circa 1993

Le groupe Les Colocs circa 1993

 

 Il nous a laissé des chansons à histoires comme JulieLa rue principale,  Dédé 

             (left us)          

 et bien d’autres, qui ne cessent de tourner aujourd’hui encore.

     (many more)               (don’t stop)                                       (still)

 

 

Depuis, ce sont Les Cowboys Fringants qui semblent avoir pris la relève dans le

                                                                              (seem to have taken over)

domaine, avec leurs chansons aux paroles pleines d’imagination et de profondeur. 

(field)                                                                         (lyrics)   (full of)   

cowboys fringants

Les Cowboys Fringants

Ce groupe a commencé à devenir populaire avec le millénaire, et maintenant il fait 

              (started to gain success)                                                                           (now)

 

figure de proue de la chanson québécoise. Dans ce blog, j’ai déjà présenté leur

(figurehead)                                                                                                             (already)

chanson L’horloge, et aujourd’hui, en voici une autre: La Reine, une chanson

 

enjouée qui raconte l’histoire d’une mystérieuse bienfaitrice auprès des plus

(cheerful)                                                                                       (benefactress)(to the most)

démunis de Montréal:

(destitute)

 

La Reine   Paroles:

On n’avait jamais su de quel pays qu’elle venait
(We never knew)             (which)     (she came from)

Ni même l’âge qu’elle avait ou comment elle s’appelait
(Not even)

Mais tout le monde la surnommait la reine
                                                  (nicknamed her)

Dans le bout de la rue Sainte-Catherine et de la Maine
(In the vincinity of)

Elle se promenait dans le quartier depuis au moins dix ans
                                        (neighborhood)      (for at least)

Côtoyant les putains et les itinérants
(Rubbing shoulders with) (hookers) (homeless) 

Mais quand on entendait son accent
 (one heard)

On se doutait qu’elle ne venait pas du Lac Saint-Jean
(One had an inkling)  (didn’t come from)

Chaque soir elle prenait sous son aile
(Every)                   (took under her wing)

Les clochards et les junkies de fond de ruelles
(bums)                                          (bottom of) (back alleys)

Comme un ange-gardien venu du ciel
                                                        (fallen from)

Qui serait atterri dans les poubelles
    (would have landed)        (trash)

La nuit avec son pick-up elle faisait sa tournée
(did her round)

Distribuant des toasts et un peu de café                   

Pour donner un petit brin de chaleur
                                    (little bit)

A ceux qui ont l’hiver drette dans le coeur
    (those who)            (right in)

Pour les écorchés vifs elle inspirait la paix
                   (wounded, beaten down)

Sa seule présence était comme un baume sur leurs plaies
(Her presence in itself)                        (balm)        (wound)

Son regard était une lanterne
(Her glance)     

Pour les naufragés des sombres tavernes
(shipwreck victims)    

Chaque soir elle prenait sous son aile        

Les clochards et les junkies de fond de ruelle

Comme un ange-gardien venu du ciel

Qui serait atterri dans les poubelles

Selon ce que dit Paulo, un chauffeur de taxi
(According)
(what)                               (taxi driver)

Elle aurait fui la guerre pour immigrer ici
(apparently escaped)

Il y a de cela une couple de décennies
(A couple of decades ago)

Quand ils ont tué son petit gars pis son mari
                                                                     (and)

Et ce qu’elle aurait trouvé pour s’accrocher à la vie
     (what)         (apparently found)       (hang on)

C’est de s’occuper des pauvres et des plus démunis
 (is to)      (take care of)              

Au lieu de vivre triste éternellement

Elle avait maintenant des centaines d’enfants
                                                      (hundreds)

Chaque soir elle prenait sous son aile

Les clochards et les junkies de fond de ruelle

Comme un ange-gardien venu du ciel

Qui serait atterri dans les poubelles

Ca s’est passé hier dans nuit du douze au treize
(It happened)

En sortant de son pick-up elle a eu comme un malaise
(Coming out of)                                         (like) 

Près de chez elle, au métro Du Collège
(Near her place)

On l’a retrouvée morte dans un banc de neige
(She was found dead)

On n’aura jamais su de quel pays elle venait
(We’ll never know)                (which)

Ni même l’âge qu’elle avait ou comment elle s’appelait
(Not even)                                           (what was her name)

Mais ce matin les gens pleuraient la reine
                                   (people) (grieved) 

Dans le bout de la rue Sainte-Catherine et de la Maine
(In the vincinity of) 

Mais au moins elle a repris ses ailes
           (at least)             (regained)

Pour partir vers un monde un peu moins cruel
                         (towards)                               (less)

Et même si elle croyait pas en dieu
    (Even if)          (didn’t believe) 

C’est sûr qu’elle vole quelque part où le ciel est bleu.
(For sure)     (she’s flying)     (where)

 

About author View all posts

Marie

6 CommentsLeave a comment

Leave a Reply to Sandra Cancel Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Blue Captcha Image
Refresh

*